Lorsque l'on est en possession d'armes il est IMPÉRATIF  de connaitre les règles général de sécurité de manipulation et également les règles "tortueux" de la légitime défense. c'est pour moi indissociable, comme un conducteur doit connaitre le code de la route.

 

La légitime défense.

Art. 122-5. - N'est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d'elle-même ou d'autrui, sauf s'il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l'atteinte.
N'est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l'exécution d'un crime ou d'un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu'un homicide volontaire, lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l'atteinte.

* La défense doit se faire immédiatement dans la seconde même, 2 minutes après ce n'est plus de la légitime défense mais de la vengeance; De même que si l'agresseur prend la fuite et que vous lui tirez dessus..."il fuit donc il n'y a plus de danger....donc vous n’êtes plus en LD ...."

     Le texte dit "proportionnés à la gravité de l'atteinte" et non pas "proportionnel à l'attaque"; Si on vous attaque avec un couteau, n'allez pas chercher un couteau pour être "proportionnel à l'attaque"... Considérant que votre vie ou celle d'une autre personne, est réellement en danger immédiat, vous faite usage de votre arme.

     les cas de figures sont multiples nous pourrions en parler des jours, mais vous n'avez qu'une seconde pour réfléchir, cette bref décision fait de vous un homme mort/vivant ou un mis en examens pour homicide volontaire ou involontaire.....

     le texte n'est valable que pour l'atteinte aux personne, pas les biens.....n'allez pas tirer sur le voleur d'autoradio........

Art. 122-6. - Est présumé avoir agi en état de légitime défense celui qui accomplit l'acte:
1o Pour repousser, de nuit, l'entrée par effraction, violence ou ruse dans un lieu habité;
2o Pour se défendre contre les auteurs de vols ou de pillages exécutés avec violence.

       *Ce texte n'est pas valable pour votre jardin....Le jardin n'est pas considéré comme "habitation"

Art. 122-7. Ne concerne pas les armes - N'est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s'il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace.

    * par exemple une personne qui fait un malaise dans un véhicule, vous pouvez briser la vitre, c'est un acte illégal, certes mais vous l'avez fait par nécessité.

 

 

 

 

 

 

Les règles général de sécurité de manipulation.

1. Considérer une arme comme toujours chargée
La majorité des accidents surviennent avec des armes que l’on croyait vides. La plupart des armes à feu peuvent avoir une balle engagée alors que le chargeur est retiré. On peut aussi croire que le chargeur est vide alors qu’il ne l’est pas. Il y a multiples raisons de se tromper sur le caractère « chargé » ou « vide » d’une arme à feu, donc on se comportera toujours comme si l’arme était chargée et jamais on ne dira « Non mais t’inquiète, elle n’est pas chargée ! ». Ne faite confiance en personne...VÉRIFIEZ VOUS MÊME.

 

2. Ne pas diriger le canon de son arme vers quelque chose que l’on ne veut pas neutraliser ou détruire
On ne vise jamais une personne, on ne laisse jamais son arme pointer vers une personne – sauf en situation extrême de danger réel où l’on décide d’utiliser son arme pour se défendre.. Donc dans un stand de tir ou un lieu d’entraînement, un canon ne sera jamais dirigé en direction d’un être humain. On fait donc très attention quand on manipule son arme, puisqu’elle est toujours considérée comme chargée (cf point précédent).

 

3. Garder l’index hors de la queue de détente tant que l’arme n’est pas pointée sur l’objectif
On ne gagne pas de temps à maintenir l’index sur la queue de détente, hors cela augmente le risque d’accident, de coup tiré par mégarde. La surprise, le stress, la peur font naturellement crisper l’être humain et il n’en faut pas tant pour déclencher un tir si l’index est déjà contre la queue de détente. On laissera donc l’index le long de l’arme tant que l’objectif ne sera pas aligné avec l’arme.

 

4. Avoir conscience de l’environnement autour de son objectif et des risques tiers
Lors d’un tir, si la cible n’est pas touchée ou si elle est transpercée, quels sont les risques d’atteindre une autre cible que l’on ne souhaite pas neutraliser? (de manière directe, par ricochet/rebond, par éclat du projectile, etc.) Il est de la responsabilité du tireur d’envisager cela et de ne pas tirer si le risque de blesser un tiers est présent.